Erowid
 
 
Plants - Drugs Mind - Spirit Freedom - Law Arts - Culture Library  
Get the Erowid "Words" T-shirt
Contribute $45 and show support for accurate drug information!
Crises psychÈdÈliques : les questions les plus frÈquentes
Comment aider quelqu'un ‡ passer le cap d'un Bad Trip, une crise psychique ou spirituelle

Version 2.0
by Erowid


INDEX



Mise en garde: Propos prÈliminaires

Le contenu de ce document est purement informatif. Nous ne prÙnons pas les activitÈs illÈgales. Nous croyons au droit de chaque individu d'avoir accËs librement aux informations et aux dÈbats d'idÈes. Nous invitons fortement les lecteurs ‡ se renseigner sur les lois en vigueur dans leur pays concernant la possession, l'achat et la vente de quelconques produits psychoactifs qu'ils puissent avoir l'intention d'utiliser.
Ce document peut Ítre diffusÈ si le texte ne subit aucune modification et s'il est fait mention de la source. Si vous souhaitez mettre une copie de ce document sur Internet, nous vous remercions de veiller ‡ en prÈsenter la version la plus rÈcente.



Sources

Les informations contenues dans ce document ont ÈtÈ sÈlectionnÈes ‡ partir de nombreuses sources. Erowid les a choisies, organisÈes et mises en page.



Introduction

Il existe de nombreuses situations au cours desquelles un usager de produits psychoactifs peut avoir besoin d'aide. Prendre une dÈcision dans quelque situation que ce soit nÈcessite d'Ítre calme, clairvoyant et capable de le faire. Ce document a pour objectif de donner quelques idÈes pour agir de faÁon appropriÈe. Chaque situation requiert une mÈthode particuliËre. Il faut souligner que le plus important ‡ faire dans une situation de crise, et bien que cela soit le plus difficile, c'est de RESTER CALME et lucide.



…valuation

Deux Ètapes pour aider quelqu'un qui traverse une crise: Evaluer et Agir. Il faut Èvaluer la situation et dÈterminer ce qu'il faut faire.

…valuer la situation
  1. Il y a t-il danger physique immÈdiat ou potentiel ? [Situation critique] La personne est-elle consciente ? La respiration est-elle ralentie ou accÈlÈrÈe? Idem pour le rythme cardiaque. Il y a-t-il modification de la coloration de la peau ? Si la personne est inconsciente, rÈpond-elle de faÁon appropriÈe ‡ un stimulus douloureux ?
  2. La personne reprÈsente-elle un danger pour elle-mÍme ou autrui? [Situation critique] Est-elle violente ou agit-elle de faÁon menaÁante? Est-il possible qu'elle attaque quelqu'un? Qu'elle se blesse involontairement ? Qu'elle prenne le volant ? Qu'elle fasse une tentative de suicide ?
  3. La personne traverse-t-elle une crise de type spirituel, mental ou Èmotionnel? [Situation de crise] A-t-elle l'air dÈmesurÈment effrayÈe, dÈprimÈe, en colËre? A-t-elle des sautes d'humeur ? Agit-elle de faÁon irrationnelle ? Est-elle ÈveillÈe mais ´non-communicanteª ?
Informations utiles
Essayez de ne pas laisser la personne seule lorsque vous rassemblez ces informations. Dans le cas d'une crise Èmotionnelle ou spirituelle, il est souvent plus efficace de s'adresser ‡ un ami ou aux personnes alentour plutÙt que d'essayer d'obtenir les informations de la personne en crise elle-mÍme.

  1. Quels produits a-t-elle pris ? Sous quelles formes (gobÈs, fumÈs, injectÈs, inhalÈs) ? Quelles doses ? Quand ? Est-elle sous traitement mÈdical ?
  2. Qui est-elle ? A-t-elle des amis sur le site ? O˘ habite-elle ? Lui est-il dÈj‡ arrivÈ de faire des crises de ce type?


Essayez d'en savoir le plus possible. Sans une bonne Èvaluation de ce qu'il se passe le risque de commettre des erreurs fatales augmente (stimulation cardiaque sur quelqu'un ayant consommÈ des benzodiazÈpines, ne pas appeler les services d'urgences ‡ temps, etc). Une fois les informations en votre possession, il doit vous Ítre possible d'Èvaluer la gravitÈ de la situation et d'agir en consÈquence:
  • Situation critique - Danger physique potentiel pour la personne ou autrui. Intervention mÈdicale ‡ envisager.
  • Situation de crise - Comportement psychotique (de bÈnin ‡ grave), attaques de panique, spirale de pensÈes nÈgatives.


Les situations qui requiËrent une aide professionnelle

  1. Si vous sentez que des vies sont en danger.
  2. Si vous sentez que la situation devient incontrÙlable et que personne d'autre n'est prÍt ‡ prendre en charge la personne en crise.


Situation critique (vie en danger)

  1. Qui peut vous aider ? Trouvez quelqu'un qui a une expÈrience de la mÈdecine d'urgence, la plus qualifiÈe possible. Un bÈnÈvole de la croix Rouge (ou autre) vaut mieux que quelqu'un n'ayant aucune expÈrience des pratiques de premiers secours.
  2. Si la personne fait une attaque. Desserrez ses vÍtements, installez la de faÁon ‡ ce qu'elle ne se blesse pas ou ne s'Ètouffe pas. Les attaques sont trËs dangereuses et elles comportent d'autant plus de risque qu'elles durent longtemps ou qu'elles arrivent frÈquemment. Dans le pire des cas, elles peuvent provoquer des lÈsions cÈrÈbrales irrÈversibles.
  3. Si la personne est consciente. RepÈrez les signes distinctifs qui indiquent ce qu'elle a consommÈ. Une crispation de la m‚choire est gÈnÈralement associÈe ‡ la prise de MDMA ou autres stimulants. Idem pour le roulement des yeux (nystagmus). VÈrifiez si la personne sue, la sueur, ‡ ce stade, est un bon signe. RepÈrez les frissons, couvrez la personne si elle tremble.
  4. Si la personne est inconsciente. Essayez de la rÈveiller. Secouez-la doucement, parlez-lui d'une voix ferme ´Est-ce-que Áa va ? Tu veux que j'appelle un mÈdecin ? Öª Si elle vomit, positionnez-la afin qu'elle ne s'Ètouffe pas. DÈterminez si elle est dans le coma ou en phase de dissociation.
  5. Si elle ne respire pas. Essayez de la faire respirer, desserrez ses vÍtements, secouez-la doucement, libÈrez les voies respiratoires, surtout si elle a vomit. Si vous ou quelqu'un d'autre sait le faire commencez le bouche ‡ bouche.
  6. Appelez les urgences. Il faudra du temps aux services d'urgence pour intervenir, prÈparez-vous ‡ l'arrivÈe de vÈhicules et peut-Ítre aussi de policiers. DÈgagez l'accËs pour les Èquipes des urgences afin qu'elle puissent atteindre la personne en crise. Si vous Ítes dans une soirÈe privÈe demandez ‡ ce que l'on arrÍte la musique et que l'on fasse une annonce pour trouver les amis de la personneÖ s'ils sont l‡.

    Appeler les urgences est une dÈcision qui peut Ítre difficile ‡ prendre dans de nombreux cas, mais nous parlons ici de danger de vie ou de mort. Les consÈquences d'un appel ‡ l'aide des services extÈrieurs seront bien moins graves que celles causÈes par la perte d'une vie.


Situation de crise (Emotionnelle, mentale, spirituelle)

Les situations de crise sont multiples, elles peuvent aller d'accËs d'agressivitÈ potentiellement violents ‡ des Ètats de repli sur soi total, de la paranoÔa la plus sÈvËre ‡ un comportement compulsif ou psychotique relativement bÈnin. C'est en fonction des symptÙmes observÈs que l'on peut gÈrer la situation.

Dans la plupart des situations, vous n'aurez pas ‡ provoquer une rÈaction ou une action particuliËre de la personne en crise. Il ne s'agit pas de les convaincre de ´redescendreª ; ceci en gÈnÈral ne fonctionne pas et ne fait qu'empirer les choses. Assurez-vous qu'elle comprenne que dans le monde extÈrieur tout va bien, que vous Ítes avec elle et que vous la protÈgez. Assurez-vous qu'elle ne puisse pas se blesser ou blesser quelqu'un d'autre. Si la situation devient incontrÙlable, cherchez de l'aide. Quoi que vous dÈcidiez de faire observez l'effet que cela a sur la personne. Si cela a l'air d'aggraver son Ètat, essayez autre chose.

De nombreux guides ou conseilleurs qui ont l'expÈrience de ces crises spirituelles ou Èmotionnelles disent que la meilleure chose ‡ faire est de recommander ‡ la personne de se laisse aller, de se laisse porter par ses Èmotions. Le mantra ´respire, relax, laisse-toi allerª a ÈtÈ dÈveloppÈ pour les thÈrapies psychÈdÈliques des annÈes 60 et 70 suite aux observations qui indiquaient que l'Ètat de dissonance Èmotionnelle et de stress viendrait de ce que la personne lutte et rÈsiste contre des processus internes potentiellement dÈsagrÈables. Les guides suggËrent que le sentiment dominant provoquant la crise est la peur. Le rÙle principal d'un gestionnaire de crise est donc d'aider ‡ crÈer un espace sÈcurisant pour la personne.

Petits trucs
‡ essayer toujours en Èvaluant l'effet que cela a sur la personne que vous accompagniez :
  • Essayez d'Èvaluer si elle est ´partie trËs loin ª. Pense-t-elle Ítre au mÍme endroit que vous ? Peut-elle indiquer ‡ quelle moment de la journÈe vous Ítes ? Son nom ? Est-elle consciente d'avoir consommÈ un produit psychoactif ?
  • Rassurez la d'une voix ferme et calme et dites lui que vous Ítes avec elle et que vous veillez sur elle.
  • Rappelez-lui que son Ètat de conscience est d˚ aux effets d'un produit psychoactif et que cela aura une fin.
  • Dites-lui de respirer et de se relaxer.
  • Dites-lui que les crises Èmotionnelles sont normales.
  • Essayez d'Ítre le plus calme possible quand vous vous adressez ‡ elle, gardez un ton de voix le plus posÈ possible quand bien mÍme vous vous sentez inquiet aussi.
  • Si cela est possible apportez-lui de l'eau et quelque chose ‡ manger,
  • Asseyez vous et parlez avec elle. Passez un peu de temps prËs d'elle,
  • Regardez de belles choses,
  • Chantez ou fredonnez (particuliËrement les chansons pour enfants)
  • Caressez ou jouez avec un animal,
  • Allez vous promener,
  • Parlez de bons souvenirs,
  • Dancez,
  • Tenez lui la main.
Les piËges ‡ Èviter

  • N'essayez pas de la faire redescendre ‡ tout prix. Cela empire souvent les choses.
  • Evitez de la ´so˚ler ª avec des questions auxquelles elle ne peut pas rÈpondre.
  • Lui montrer que vous Ítes inquiet ou nerveux la fera se sentir encore plus isolÈe.
  • En rËgle gÈnÈrale, Èvitez de faire des activitÈs ´ compliquÈes ª (fermer une fermeture Èclair, arranger la stÈrÈo , les lumiËresÖ)
  • Respectez ses besoins et ses limites :
    • Ne la touchez pas si elle ne veut pas Ítre touchÈe.
    • Laissez la tranquille si c'est ce qu'elle souhaite.
Que faire ?

  1. Si quelqu'un ‡ l'air d'aller mal, demander lui s'il souhaite la prÈsence de quelqu'un auprËs de lui, si cela a l'air de le gÍner alors faites en sorte que quelqu'un dans les alentours garde un úil sur lui.

  2. Mettez-vous au mÍme niveau que lui pour communiquer. Souvent ce qui isole et provoque une sensation de paranoÔa c'est que les gens les voit tellement loin qu'ils essayent ‡ tout prix de les faire redescendre. Avant toute chose essayez d'Ítre simplement disponible et essayez de voir le monde tel que lui le voit, au mÍme niveau.

  3. Vous est-il possible de modifier l'environnement sonore, visuel, la tempÈrature ? Pouvez-vous aller dehors (ou ‡ l'intÈrieur si vous Ítes dehors) ? Un environnement festif (fÍte, rave, concert) peut aggraver l'Ètat d'esprit de la personne en crise. Essayez de trouver un endroit tranquille qui semble lui convenir (demandez-lui) et demander aux gens alentour de faire de l'espace, indiquez leur que la situation est contrÙlÈe et notez le nom de ceux qui se sont offerts de vous aider en cas de besoin plus tard.

  4. Comment pouvez-vous rÈduire le risque Èmotionnel ou physique ? Souvenez-vous que ce qui vous importe c'est la personne et ce qu'elle vit et non pas la situation en elle-mÍme.

  5. ParanoÔa: si la personne souhaite rester seule, Èviter de la fixer mais faites en sorte de toujours l'avoir au coin de l'úil, aussi discrËtement que possible. Imaginez ce que peut ressentir quelqu'un qui traverse une crise de paranoÔa, suivi et contrÙlÈ par un Ètranger (mÍme si vous n'Ítes pas un Ètranger il se peut qu'elle pense que vous l'Ítes)

  6. Quels objets, distractions, pourraient aider une personne ‡ passer ce cap difficile (musique, jouet, animal de compagnie Ö)

  7. No Pressure: Soyez juste l‡. ¿ moins qu'il y ait un risque de blessure il suffit de leur indiquer que vous Ítes l‡ pour eux.

  8. Toucher. Toucher quelqu'un peut Ítre trËs efficace mais aussi trËs intrusif. En rËgle gÈnÈrale, ne toucher la personne en crise que si elle vous a autorisÈ ‡ le faire ou si c'est elle qui vous a touchÈ en premier. Si elle est au-del‡ des mots, observez si elle rÈagit nÈgativement ‡ votre contact. …vitez de vous laisser entraÓner ‡ des contacts d'ordre sexuel. Souvent prendre la main est un geste suffisamment fort, sans Ítre menaÁant, pour faire comprendre ‡ quelqu'un que vous Ítes l‡.

  9. L'intensitÈ de l'expÈrience peut Ítre cyclique. Ce peut Ítre un systËme qui a un dÈbut, un milieu et une fin. N'essayez pas de lui faire franchir les Ètapes trop vite.

  10. ´ Ce n'est pas pour toujours ª : Si la personne est suffisamment consciente pour se poser la question de sa propre santÈ mentale, indiquez-lui que son Ètat est d˚ ‡ la consommation d'un produit psychoactif et que quand cela sera le moment elle retournera ‡ son Ètat normal.

  11. Dites lui qu'elle expÈrimente les effets d'un produit psychoactif (si vous savez lequel dites-le lui) et dites lui que bien que cela soit assez peu frÈquent il est normal de passer par des crises spirituelles de ce type et que si elle se laisse aller et laisse le produit faire sa route elle sera de nouveau en forme (comme des milliers d'autres personnes avant elle)

  12. Respirer: respirez avec elle : Si elle est suffisamment consciente faites en sorte qu'elle respire ‡ l'unisson avec vous, avec des respirations profondes et lentes. Si elle est trop loin ou trop paniquÈe, mettez une main sur son ventre et dites lui de respirez depuis le bas.

  13. Relax: Se laisser aller alors que vous Ítes en train de mourir ou que des dÈmons sont entrain de vus dÈchiqueter peut Ítre trËs difficile ! Indiquez leur que vous vous assurez que leur enveloppe charnelle ne risque rien. Une des choses les plus importantes Ètant de se laisser aller ‡ l'expÈrience et de ne pas essayer de mettre un terme brutalement ‡ la crise.

  14. MÈditation: SuggÈrer doucement qu'elle ferme les yeux et qu'elle se concentre sur elle-mÍme. Cela peut changer le cours des choses.


  15. Pieds nus : Ítre pieds nus est une expÈrience trËs enracinante, qui peut ramener quelqu'un ´ sur terre ª. Enlevez chaussures et chaussettes et mettez les pieds directement sur le solÖ en Èvitant les endroits ‡ risque (verre brisÈ, aiguilles Ö)


  16. Contact visuel: Si la personne n'est ni paranoÔaque ni effrayÈe croisez son regard le plus possible.


  17. ´ Pour moi tout va bien ª : Faites lui comprendre qu'alors mÍme que le monde est entrain de s'Ècrouler pour elle, pour vous, ici et maintenant, tout va bien.


  18. Processus sain : Les crises font partie du dÈveloppement psychologique des humains. C'est ainsi qu'il faut les apprÈhender et non les transformer en problËme ‡ rÈsoudre. Cf Grof, Bill Richard , et al.




Il est difficile de parler, d'Ètablir le contact avec d'autres, voir mÍme d'Ítre conscient de la prÈsence d'autrui quand on traverse une crise. Si vous Ítes assis avec une personne qui est dans cet Ètat, soyez ‡ l'Ècoute de ce qu'elle raconte. Si cela paraÓt utile et appropriÈ vous pouvez leur poser des questions simples sur leur expÈrience.

Quelles couleurs vois-tu ? Est ce que tu es triste ? Quel ‚ge as-tu ?

Il est probable que les rÈponses soient mÈtaphoriques, peu concrËtes : toutes les couleurs, je suis aussi vieux que la riviËre (etc) ne vous attendez pas ‡ soutenir une conversation normale.

Certaines personnes ont dÈclarÈ qu'une des choses les plus rÈconfortantes qu'il soit est d'Ítre enveloppÈ dans une couverture. Nous ne soulignerons jamais assez l'importance d'avoir ‡ disposition, pour faire face ‡ une urgence, une couverture bien lourde.



RÈsumÈ

Faire face ‡ une crise psychÈdÈlique peut Ítre une expÈrience stressante pour les usagers, les gens qui veillent sur eux et les observateurs en gÈnÈral. Cependant une Èvaluation prÈcise de la situation et une rÈponse calme, adaptÈe, permettent bien souvent que la plupart des ÈvËnements soient gÈrÈs de faÁon satisfaisante. Pour la personne ayant vÈcu cette crise, assimiler cette expÈrience une fois la crise passÈe est un processus tout aussi important que de faire face ‡ la crise elle-mÍme.



Translated by : RÈseau RESTIM (France)